Juliane Rickenmann - Saxophones

 

Juliane Rickenmann prend très tôt goût à la musique.

Dès ses 7 ans, elle compose sur son piano en autodidacte.


A l’âge de 15 ans elle prend des cours de piano à EJMA.

A 18 ans Juliane décide de s’investir plus à fond en s’inscrivant en préparatoire au conservatoire de Jazz à Montreux. Elle y choisit comme deuxième instrument le saxophone.

Elle décide alors de se consacrer entièrement à la pratique du saxophone. Le son de Johnny Hodges l’en convainc. Elle se voit obligée de repousser l’apprentissage « académique» du jazz d’une année et sans le savoir elle va provoquer son véritable apprentissage du jazz.


Juliane décide de mettre au profit de son jeu l’année d’attente du conservatoire en se rendant en Australie. Elle finance ce voyage en jouant dans la rue et dans les clubs de Jazz de Melbourne. Suite à cette expérience, sur le conseil d’un jazzman japonais, Juliane décide de prolonger son voyage en se rendant au Japon.

A 20 ans, elle joue dans les clubs de Kyoto, Osaka, Kobe, Hiroshima durant 1 année et demie.


A 22 ans, elle est maintenant prête pour prendre son envol vers New-York. Très rapidement elle réussit à obtenir des engagements dans les clubs de jazz new- yorkais. De grands noms accompagnent le sien sur l’affiche tel que Danton Boller, Michael Zismann, Allison Miller, Eric Reeves, Sherly Bailey, Ohad Talmor, Evelyne Blakey ou Denis Charles. Avec ce dernier elle participe au documentaire dédié à sa vie « Interrupted Conversation ». Durant ce séjour qui dure finalement deux ans et demi, elle suit, en outre, un workshop avec Barry Harris..


En 1998 elle décide de rentrer en Suisse dans le but de terminer ses études professionnelles au conservatoire de Montreux. Elle gagne alors sa vie, principalement en compagnie des Dixies Roses, orchestre New-Orleans et se produit partout en suisse notamment avec Nicholas Bouloukos, Alain Petitmermet, Jean-Yves Petiot, Lionel Friedli, Patrice Moret, Francesco Miccolis....


En 2000 elle obtient un contrat de deux années à l’Holliday Inn de Cheng-Du en Chine et au Taj Mahal de Bombay en Inde avec des musiciens New Yorkais (Nicholas Bouloukos , Steve Doyle et Ian Macdonald). Elle passe ensuite 2 années à jouer dans les clubs de Jazz thaïlandais. Elle joue avec Terry Verge (contrebassiste de Dexter Gordon), Randy Canon et de nombreux autres musiciens non moins prestigieux.


A 28 ans, 8 ans après son départ pour l’Australie, Juliane décide de poursuivre sa carrière en Suisse, son pays d’origine. Juliane Rickenmann joue et compose maintenant dans plusieurs formations, principalement avec son quartet ( J.Rickenmann Quartet ) , Stramonium, Onirical Blend, les New Sisters .


Elle joue notamment avec Francis Colleta, Nick Perrin, Jorge Antoniou, Peter Horisberger, Béatrice Graf, Ademir Candido, Florence Chitacumbi, Jean Lou Treboux, Olivier Magarotto et divers autres musiciens .

En novembre 2009 , Juliane effectue une tournée au Japon avec Hiroshi Tsunoda et Naoto Hajime où elle s’est produite au Blue Note de Kyoto, Le Club Jazz, Sesamo Club et au Jazz Rag.


En 2011 Juliane sort son premier album Yodo Gimi sous le Label Altrisuoni et en 2014 son deuxième album « Emei » sous le Label Unit Record’s avec Ornella Ponnaz au piano, Pierre Kuthan à la contrebasse et Giacomo Reggiani à la batterie.


Après deux tournées en Chine, Juliane décide de continuer son parcours musical avec une nouvelle formation composée de Andrea Esperti, Emanuel Schnyder et Luigi Galati.

En 2018 ils sortent leurs 3ème album «Le Secret» sous le Label QFTF.

En septembre 2019 une carte blanche a été offert aux groupes de la part de la société de musique de Neuchâtel pour un spectacle au mois de septembre au temple du bas.


Aujourd’hui elles jouent notamment avec le Max Jendly Big Band, Onirical Blend et dirige le Yellow Note Big Band et l’UIB Jazz orchestra